Le langage de l’imaginaire

Le-langage-de-l'imaginaire

Si les enfants en bas âge aiment tant les histoires, ce n’est pas un hasard. C’est tout simplement parce qu’elles parlent leur langage, le langage de l’imaginaire. À partir de 3 ou 4 ans, les enfants commencent à vivre très intensément dans l’imaginaire, à nous d’en tenir compte, de l’utiliser pour leur parler et surtout pour les comprendre.

Photo by Victoria Priessnitz on Unsplash

Le langage de l’imaginaire vs le langage “de tous les jours”

“C’est quoi le langage de l’imaginaire, et c’est quoi le langage de tous les jours ?” vous demandez-vous sûrement, avec raison parce que bon, dit comme ça, c’est pas très clair.

En fait, le langage de l’imaginaire c’est celui des histoires, de la fiction, des rêves et des métaphores. Il est fait d’images, au contraire du langage “de tous les jours” qui est fait de mots et de phrases. Le langage de l’imaginaire est aussi celui de l’enfant.

La façon dont nous abordons le langage, nous adultes, est un moyen pour exprimer une pensée, des sentiments en mots. Nous cherchons à être concrets, à se comprendre en s’adressant au conscient, à la partie “rationnelle” de notre cerveau. C’est le langage de tous les jours, celui des adultes.

Mais ce n’est pas le langage naturel des enfants. Le langage de leurs émotions est celui de l’image et de la métaphore, comme dans les histoires et dans les rêves. Pour l’enfant, notre langage est souvent trop “plat”, il manque de nuances, de précision. Un mot comme “colère” par exemple ne veut rien dire pour lui. C’est très loin de ce qu’il ressent d’un point de vue sensoriel (n’oublions pas que les sens sont la première façon d’appréhender le monde quand nous naissons, bien avant le langage). Comment le mot “colère” peut-il rendre compte de la tempête ou du volcan qu’il a l’impression de sentir gronder en lui ? Ces images, par contre, la tempête ou le volcan, seront plus parlantes.

Le langage de tous les jours n’est tout simplement pas assez puissant pour rendre compte de la force brute des émotions que ressent l’enfant. Dans le monde imaginaire dans lequel il vit, les couleurs, les sons, les sentiments, sont immenses ! Mettre dessus nos pauvres mots dont il n’appréhende pas totalement le sens, leur fait perdre leur essence.

« L’âme veut des réactions imaginatives qui l’émeuvent, qui l’enchantent, qui l’approfondissent. » Hillman

Photo by Markus Spiske on Unsplash

Comment parler le langage de l’imaginaire ?

Vous l’aurez sûrement deviné en lisant le précédent paragraphe: en racontant des histoires. Qu’est-ce qu’une histoire sinon une succession d’images ? Tout comme le rêve, en fait. Et si vous regardez bien, le rêve est le moyen que notre esprit choisit pour nous parler, c’est le langage direct de notre inconscient, adultes comme enfants. L’image et la métaphore parlent à notre esprit bien plus que les mots, puisque c’est notre langage originel.

Parler à travers une histoire ou le jeu, vous permet de dire ce que vous voulez (avec des poupées ou des marionnettes par exemple) en utilisant le langage de l’imagination, le langage naturel de l’enfant. C’est particulièrement important dans les moments de grandes émotions, quand l’enfant est “débordé” par ce qu’il ressent.

L’histoire permet aussi une distanciation souvent bénéfique. Son utilisation revient à dire « regardons la vie de ces personnages, plutôt que toi directement. ». Au fur et à mesure de l’histoire, quand l’enfant accompagne le personnage, il ne se sent plus seul avec ses problèmes et ses sentiments parce que le personnage les ressent aussi.

Et si, à travers les histoires, vous parvenez à parler à votre enfant avec son langage, il est aussi fondamental de l’écouter. Quand votre enfant joue, “se raconte des histoires”, c’est aussi une façon de communiquer quelque chose. Il est fascinant de découvrir tout ce que sous-entendent ses jeux quand on prend la peine de s’y attarder. 

“La Terre n’est pas plate, et la réalité non plus. La réalité est continue, multiple, simultanée, complexe, abondante et partiellement invisible. L’imagination seule peut la sonder et en révéler les profondeurs.” Winterson​

Vous l’avez compris, pour communiquer au mieux avec votre enfant, pensez donc à utiliser son langage naturel: le langage de l’imaginaire. Il utilise des expressions indirectes, et là est son pouvoir pour faire passer les messages. Racontez des histoires, inventez des histoires avec votre enfant. 

Et si vous ne savez pas comment faire, ni par où commencer, je vous rappelle que les échos de Siradane est une newsletter hebdomadaire 100% gratuite, où vous découvrirez de petites brèves qui sont une parfaite base pour inventer des histoires ^^.

Le-langage-de-l'imaginaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.