Le monde et moi, lettre aux Rêveuses

Lettre au rêveuses

D’aussi loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie “décalée”. Pas en accord avec le monde. Comme si je le regardais de loin, comme si je n’en faisais pas partie.
Je me suis toujours posé beaucoup de questions.
Qu’est-ce qui fait que je suis moi ? Qu’est-ce qui me différencie des autres ?
Comment ce grand bazar qu’est le monde arrive-t-il à tourner ?
Je me pose encore beaucoup de ces questions, mais je n’y cherche plus de réponses. J’ai appris à vivre avec ma nature.

Lettre au rêveuses

Je suis une Rêveuse

Je suis une Rêveuse, c’est comme ça qu’on me définit en général. La tête dans les nuages, l’idéal chevillé au cœur. Souvent déçue, souvent émerveillée, souvent perplexe.

Enfant, je gardais la fenêtre de ma chambre ouverte la nuit pour que Peter Pan puisse venir me chercher. Comme si ma place était plus à ses côtés au Pays Imaginaire, qu’ici sur notre Terre.
J’ai grandi. Mais souvent, je ne me sens pas à ma place quand même.

Le monde est dur pour les Rêveuses…

J’ai appris à composer. J’ai bien appris mes leçons, je me suis adaptée, j’ai appris les codes. Mais souvent, je ne les comprends pas. J’ai fait ce qu’on attendait de moi, longtemps, caméléon, j’ai cherché à ressembler à ce qu’on voulait que je sois.

J’ai mis longtemps à trouver qui j’étais vraiment. Et quand je l’ai su, j’ai mis longtemps à l’accepter et à me donner le droit de l’être.
Je suis une Rêveuse. Et ce n’est pas facile à assumer dans notre société de rentabilité, d’efficacité, d’hyperactivité.

Souvent on ne me prend pas au sérieux. Je n’ai apparemment pas droit d’opinion sur le monde et l’actualité parce que “en dehors”. J’ai droit à un sourire condescendant, une petite tape sur la tête ou l’épaule: “Oui mais toi…tu vis au pays des fées”. Sous entendu, tu es bien mignonne mais laisse parler les grandes personnes. Il semblerait que je ne connaisse pas assez la réalité pour avoir voix au chapitre.

Stop

Stop. Je la connais la réalité, croyez-moi. Elle m’a blessée plus d’une fois. Et je regarde pérorer et faire des grandes phrases les “grandes personnes”, les “gens sérieux” qui savent, parce qu’ils lisent le journal et connaissent par coeur le système politique et le fonctionnement de notre société. Je ne sais pas tout ça. Pourquoi ? Parce que ça ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse c’est le coeur des gens, ce qui les fait vivre, tenir debout, se relever quand notre belle société les met à terre.
Le système politique je m’en fous. J’aime les yeux des enfants et les rires des femmes, j’aime la tendresse des hommes, j’aime ce qui les émeut, ce qui fait battre leur coeur plus vite, ce qui les met en mouvement.

J’aime. Profondément. Parfois je suis blessée, et en tant que sensible je dois faire attention à ne pas regarder les informations sous peine de pleurer pendant des jours. Parce que contrairement à ceux qui regarde ça avec détachement en y voyant les implications sociales, politiques et économiques, je vois la douleur, la souffrance des gens, le désespoir parfois. Je ne peux pas regarder certains films, et on se moque, parce que je suis une petite nature. Mais ce que d’autres prennent pour de la fiction je le prends pour une représentation d’émotions réelles.

Parce que non, je ne vis pas en dehors de ce monde, au contraire, j’ai de plus en plus l’impression d’en être complètement au centre, parce que qu’est-ce qui fait le monde sinon ce qui porte les cœurs ?

Qu’est-ce qui fait le monde sinon ce qui porte les cœurs ? Cliquez pour tweeter

Voilà, j’en ai assez. Je veux ma place dans ce monde. Pour moi, et pour vous, pour toutes les Rêveuses, passées, présentes et futures.
Je ne veux plus me sentir coupable, gauche, invisible.
Parce que je suis persuadée que ce sont nous, les Rêveuses avec un grand R qui pouvons changer le monde.
Je ne veux plus composer, je ne veux plus m’adapter, je veux pour une fois que ma vie s’adapte à moi et non l’inverse.
Je suis une Rêveuse et j’existe. Je suis là. Comme vous, comme tous les autres. Je ne suis pas le modèle imposé et alors ?
Il ne fonctionne pas le modèle imposé, on en voit la preuve tous les jours.
Je me suis trop excusée d’être moi, de ne pas être ce que j’aurais du être (je ne sais toujours pas exactement quoi d’ailleurs). J’ai essayé de changer. Mais ça ne marche pas. Je suis qui je suis.
Et vous autres Rêveuses, êtes aussi ce que vous êtes et vous en avez le droit, vous avez votre place dans ce monde comme n’importe qui d’autre.

Que nos Rêves portent le monde et l’emmènent vers le meilleur, voici venu notre temps.

Lettre au rêveuses

 

4 Commentaires sur “Le monde et moi, lettre aux Rêveuses

  1. Élodie says:

    Waow magnifique tu m’as touchée en plein cœur et même tirée une larmiche… Ton texte est magnifique Léa, et ne touchera pas que moi j’en suis certaine… alors merci pour ton partage et de nous rappeler qu’on est nombreuses et nombreux à accorder encore de la valeur aux beautés simples de ce monde et à les défendre .. ❤️Du fond du cœur merci!

    Élodie
    https://objectiflunecoaching.fr

  2. Aline - Inspiré et Créé says:

    Bravo pour ce premier article qui m’a bien parlé!
    Comme toi, je suis une rêveuse (et j’aime regarder les étoiles au lieu d’attendre Peter Pan x) ) et je ne me suis jamais à ma place dans le monde des « adultes sérieux » qui au fond ne sont que des enfants qui font semblant d’être adultes…
    Bonne continuation pour ton blog!

    • Léa says:

      Merci beaucoup Aline ! Nous sommes finalement très nombreuses à être des Rêveuses, dommage que tant d’entre nous se soient cachées si longtemps. À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.