Leur monde imaginaire

Les enfants et leur monde imaginaire

Vous souvenez-vous de l’époque où, enfant, tout vous paraissait possible ? Il n’y avait pas de frontière entre la réalité et votre imaginaire, vous n’auriez pas été choqué de voir une sirène dans l’océan ou un super-héros aider la police à arrêter les méchants. C’est parce que les enfants ont un monde imaginaire très riche qui, non seulement leur sert de langage, mais les aident aussi à se construire.

Les enfants et leur monde imaginaire

Vivre leur monde imaginaire: faire semblant

Le jeu est le mode de construction privilégié des enfants. C’est par le faire semblant qu’ils testent le mimétisme, apprennent, essaient, recopient les adultes, comprennent. 

On appelle ça “le jeu symbolique”, tout comme le langage de l’imaginaire est un langage de métaphores et de symboles, le jeu du faire semblant fait le lien entre ce que voit l’enfant et ce qu’il en comprend. Et si, tout petit, il va surtout reproduire ce qu’il voit de la vie quotidienne, petit à petit il va intégrer des éléments imaginaires, des héros, princesses et dragons. Pourquoi ? Et bien pour développer courage et empathie.

Lorsqu’il joue au vétérinaire ou qu’il s’amuse à être un parent qui s’occupe d’un bébé, l’enfant développe son empathie et sa compréhension du monde. Lorsqu’il s’imagine être un superhéros capable de combattre tous les méchants de la Terre, il développe sa confiance.

En fait, jouer à faire semblant aide les enfants à comprendre le monde et à trouver des moyens de faire face aux expériences effrayantes ou difficiles. Comme un terrain d’expérimentation sans limites. C’est grâce à de tels jeux qu’ils développent leur sociabilité, leur langage, et la capacité de raisonnement nécessaires à la résolution de problèmes. 

Il leur permet de s’ouvrir au champ des possibles. 

Inventer des histoires par le jeu lui sert aussi pour communiquer, exprimer, explorer des émotions. Pour découvrir le monde et trouver sa personnalité de façon créative. Grâce au jeu, faire semblant lui permet de vivre dans la peau de différents personnages, et voir dans laquelle il se sent le mieux. Et de créer ainsi sa personnalité.

Vous vous souvenez ? “On dirait qu’on était…”

Les enfants et leur monde imaginaire

Le cas de l’ami imaginaire

Il fait souvent son apparition dans le monde imaginaire de l’enfant entre 3 et 5 ans. Il peut être totalement invisible ou incarné par une peluche ou une poupée. Certains amis imaginaires se font discrets et les adultes peuvent ne même pas se rendre compte de son existence, d’autres prendront beaucoup de place, au point d’inquiéter parfois les parents.

Rassurez-vous, petit à petit votre enfant va apprendre à faire la différence entre son monde imaginaire et la réalité. Il vaut donc mieux ne pas tenter d’intervenir entre lui et son ami imaginaire. S’il l’a créé, c’est qu’il en a besoin et c’est plutôt une bonne nouvelle.

Et oui ! Ce personnage est une représentation des ressources intérieures de votre enfant. C’est une solution qu’il a trouvé pour faire face à une situation. 

Il peut l’utiliser pour apprivoiser les moments de solitude, ou s’entraîner à construire ses compétences sociales. Il peut également être une stratégie pour s’adapter à une nouvelle situation, pour faire face à un événement stressant (séparation, déménagement, etc.) et à surmonter une difficulté. L’enfant peut également l’utiliser pour exprimer son désaccord, vous questionner, ou dire ce qu’il a sur le cœur (vous vous rappelez ? Le langage de l’imaginaire permet la distanciation).

Une dernière petite chose: il est important de faire la différence entre imaginer et mentir. Faire semblant n’est pas un mensonge ! Entre 3 et 5 ans, votre enfant vit dans un univers magique, un monde imaginaire où les fées et les dragons existent, les jouets peuvent parler quand personne ne les regardent (qui n’a jamais imaginé cela ?). Alors pourquoi l’ami imaginaire, ou l’ours en peluche, ne pourrait pas faire des bêtises ? Lorsque l’enfant accuse un personnage imaginaire d’une bêtise qu’il a faite, il ne cherche pas à mentir mais à mettre à distance la part de lui qui a “mal fait”. En gros, il n’explique pas qu’il ne l’a pas fait, mais qu’il ne l’a pas fait exprès.

L’enfant se sert de son imagination pour se construire mais aussi pour communiquer. Soyez à l’écoute !

Les enfants et leur monde imaginaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.